Samedi 11 Juin donnée par Francois Vannucci. les particules "de l'électron au boson de Higgs".

Au cours du 20ième siècle, la physique de l'infiniment petit a progressé de manière considérable. Nous percevons aujourd'hui des structures de la constitution de la matière qui sont 100 millions de fois plus fines qu'au début de cette longue quête. Les différentes étapes dans cet approfondissement seront décrites avec les moyens mis en jeu pour leur réalisation. La découverte récente du boson de Higgs couronne ces efforts de manière magistrale et la question est de savoir où allons-nous maintenant. Nous discuterons les énigmes les plus significatives qui restent à résoudre, ce qui recadrera la place de l'homme dans l'Univers.

 

 

Samedi 21 mai, l'exploitation scientifique des phénomènes d'occultation et d'éclipse par Jean-Eudes ARLOT, astronome à l'IMCCE

Si les éclipses de Soleil et de Lune sont bien connues de tous, il existe, en particulier dans le système solaire, bien d'autres phénomènes similaires dont l'observation apporte des informations précieuses aux astronomes.
Nous examinerons ces divers phénomènes et nous verrons aussi que l'apport des astronomes amateurs est essentiel lors des campagnes d'observation.

 

 

 

 

Samedi 9 avril, donnée par Thomas Apéré et portait sur l'exploration de Mars.

Mars est une planète désertique et aride, à l’atmosphère très ténue, où règne une température de -60°C en moyenne. Ses paysages ne sont pas pour autant figés. Des tourbillons de poussière balayent les plaines aux heures chaudes de l’après-midi. L’hiver, les régions polaires se recouvrent d’un manteau de glace et neige carbonique. Leur sublimation au printemps déclenchent des geysers de gaz et de poussière qui sculptent la surface. Il arrive même que de l’eau très salée coule brièvement sur les pentes exposées au Soleil.
Pourtant, le paysage martien porte les traces d’une érosion par de l’eau liquide en grande quantité dans un lointain passé, témoins d’un climat alors bien différent. Quelles étaient les conditions sur Mars à cette époque ? Quelles sont les causes de ce changement climatique ? Plusieurs découvertes récentes permettent d’en savoir plus sur l’histoire de la planète rouge.

 

 

Samedi 19 mars par Sylvain Bouley, accidents planétaires, des météores aux cratères

L’histoire géologique de notre système solaire est aujourd’hui accessible grâce à l’étude des cratères d’impact et des corps rentrant en collision avec les planètes (Astéroide, Comète). Notre planète est aux premières loges pour observer le flux d'impact de météoroïdes rentrant en collision à la fois avec notre atmosphère, la surface terrestre et lunaire. Que nous apprennent ces observations ? Permettent-elles de comprendre l’origine des impacteurs ? Peuvent-elles prédire leur survenue ? Notre conférencier présentera également le projet de sciences participatives : FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network). FRIPON est un réseau de 100 caméras qui permettent de surveiller le ciel de France pour retrouver des météorites immédiatement après leur chute ; pour pister la source des météorites et pour partager cette aventure avec le public via le projet Vigie Ciel.

 

 

Le samedi 6 février 2016, par Fraçois Forget: Pluton révélé par la sonde New Horizons.
Le 14 juillet 2015, la sonde NASA New Horizons a, pour la première fois, survolé Pluton, sa lune Charon et leur quatre petits satellites. Elle a découvert un monde actif et spectaculaire, au coeur d'un système planétaire complexe et étonnant, révélateur de la richesse des objets transneptuniens. François Forget, membre de l'équipe New Horizons, racontera cette aventure scientifique qui a marqué l'année 2015.

 

Le samedi 16 janvier avec François Leblanc, Mercure: De Messenger à Bepi-Colombo
La mission de la NASA Messenger s'est écrasée sur Mercure le 30 avril dernier après quasiment dix ans d'observation de cette planète. C'est la deuxième mission à avoir réalisé des observations au voisinage de cet objet. Particulièrement difficile à observer depuis la Terre, Mercure s'est révélé bien plus surprenante que le laissaient penser les observatoires terrestres. La plus fascinante de ces découvertes a été l'existence d'une magnétosphère intrinsèque à Mercure par Mariner 10, plus tard confirmée par Messenger mais avec des caractéristiques inattendues. Par ailleurs, l'abondance en volatile de Mercure permet aujourd'hui d'exclure plusieurs scénarios de formation de cette planète. Enfin, Messenger a aussi mis en évidence que même à une telle distance du soleil de la glace d'eau a pu se former dans les régions polaires. La communauté scientifique attend donc aujourd'hui avec impatience le départ de la mission européenne Bepi-Colombo qui, fort de ses deux satellites et de son instrumentation incomparable par rapport à Messenger, devrait pouvoir donner un nouvel élan à l'exploration de cet objet, notamment à travers l'observation de son interaction avec notre soleil, de sa structure interne et de son champ magnétique, autant d'éléments essentiels pour mieux appréhender l'origine de la plus petite planète de notre système solaire.

 

 Le samedi 19 décembre 2015 par Pierre Drossart, directeur de recherche au CNRS, LESIA, Observatoire de Paris.

La mission Venus Express s’est achevée fin 2014 après un ensemble d’investigations en orbite autour de Vénus depuis 2006 qui ont renouvelé notre connaissance de la planète sœur de la Terre. Alors que la petite sonde japonaise Akatsuki commence, après un rattrapage d’orbite inespéré, ses observations en décembre 2015, il est temps de faire un bilan des connaissances de Vénus : quels sont les enjeux actuels de l’exploration, qu’a-t-on appris, et qu’espère-t-on connaître des prochaines missions. Le futur de l’exploration de Vénus est aujourd’hui très ouvert, avec plusieurs missions à l’étude à la NASA, l’ESA, en Russie et en Inde.

 

 

le samedi 14 novembre 2015: Francois VANNUCCI, normalien, chercheur au CNRS, professeur à l’université Paris 7-Denis Diderot: les neutrinos, messagers de l'invisible.

Pour la quatrième fois le comité Nobel a décerné son prix pour la révélation des mystères des ces particules très spéciales et plus exactement pour "la découverte des oscillations de neutrinos et l'incidence sur leurs masses".

La conférence résumera ce que l'on sait aujourd'hui sur les neutrinos, en particulier l'effet de leurs masses sur l'équilibre de l'univers. Elle évoquera ensuite les questions encore en suspens et les pistes de recherche actuelles.

 

 

Le 6 octobre 2015, "Le système solaire de glace et de feu" par Cécile Ferrari dans le cadre de la fête de la science.

Professeur à l'Université de Paris-Diderot, Présidente du Comité de Liaison Enseignants et Astronomes, Scientifique Associée et Responsable de l'exploitation scientifique de la mission Cassini au Service d'Astrophysique de l'Irfu (DSM/CEA), Cécile Ferrari est aussi Co- investigatrice de la mission Cassini (NASA/ESA).

L'exploration du système solaire vue à travers les missions d'exploration des planètes géantes, de Voyager à Cassini,  avec  aussi les derniers résultats  du survol de Pluton par la sondes New Horizons, présentés par des images extraordinaires.