Pour cette deuxième sortie, une première partie de nuit avec un peu de vent et une bonne transparence mais de la turbulence (difficile de pousser à plus de 200 x en dehors du zénith), cependant nous n’avons pas trop souffert de l’humidité. Lors de la deuxième partie de nuit le vent tombant réduisait la sensation de froid, néanmoins les vêtements d'hiver restaient indispensables puisque la température avoisinait les  5°C. Fort heureusement nous avions aussi à notre disposition gâteaux, café, chaussons aux pommes (fabriqués par Charly) et de la tisane.

 

Étaient réunis comme instruments: 3 dobsons serruriers de 400 dont un Kentaro ouvert à f3.5 et un 450 plus un tube de 200 mm avec un oculaire de 28mm qui a permis de belles observations à grand champ.

 

Nous avons eu des images superbes dans les serruriers dont deux d’entre eux étaient équipés de correcteurs de champ (paracorr) et pour le troisième, nous avons profité d’un oculaire  Hyperion disposant d’un relief d'oeil impressionnant. Il est difficile d’énumérer tous les objets du ciel profond, classiques tels les Dentelles du Cygne, les nébuleuses du Sagittaire (Lagune, Trifide, pâté en croûte, Oméga) mais aussi quelques nébuleuses pour lesquelles on a pu aller à des grossissements forts jusque 750X comme l’Oeil du chat, Saturne, Helix, La Clignotante  et Les Petites Haltères. Bien évidemment les amas globulaires étaient aussi de la fête: M 13, 92, 15, 2, 6934 (très joli champ), 7009 (dauphin), 22, 56, 30.

 

Le 200 remis à neuf avec son miroir nettoyé a permis de belles observations à grand champ, Les dentelles, Le Croissant, Pacman et NGC 7000 magnifiques. M8 et 16 ensemble, autant de plaisir avec un « petit » télescope qu’avec les grands. Que dire de la galaxie d’Andromède comme sur les photos, des Pléiades, du doubles amas de la galaxie du sculpteur (avec un amas  globulaire dans le même champ) : bien belles images !

 

 

On peut noter aussi deux passages de l’ISS anticipés par Christophe, un magnifique coucher de croissant de Lune et de Venus et, in fine, l’observation de Jupiter.

 

A 4 heures tout le monde partit fort heureux de ces observations sur ce site qui, malgré la distance, reste très attractif.

 

Le collectif des observateurs